creq

Les conducteurs équipement participent au bon état des voies ferrées. Pour cela, ils conduisent des engins de transport et de manutention (locotracteur, draisine...) et assurent leurs entretiens qui conditionnent leur utilisation dans la limite de leur formation et attribution de conducteur. Ces interventions de contrôle et d’entretien ont pour limite, le périmètre d’interventions des agents du CREM (C2MI) et de la fonction Matériel.

Si la Direction considère les « CREQ » comme des opérateurs de maintenance autorisés à la conduite ; la connaissance, l’habilitation, l’utilisation et la programmation des conducteurs Equipement s’opposent à tout cumul. Pour l’efficacité et la sécurité des circulations, les agents « CREQ » sont des conducteurs. Ils doivent être reconnus comme tels.

L’étendue géographique d’intervention des conducteurs Equipement impose des connaissances de lignes et parcours, des installations de sécurité, des points particuliers, etc. Avec comme mission première, la conduite d’engins dont certains sont définit comme « engins spéciaux ».

Pour éviter les risques dangereux de la polyvalence, les CREQ ne peuvent être autorisés à cumuler les connaissances de maintenance de la voie ou des caténaires, agent d’accompagnement, agent formation, chef de la manœuvre, reconnaisseur, conduite de grue et autre matériel spécial [CACES].

L’ensemble des connaissances nécessaires à la conduite/pilotage/pamage des engins ferroviaires exige un haut niveau de compétences. Leur acquisition et le maintien des connaissances dans un contexte de réglementation sans cesse en mutation, exigent d'être cadré dans un métier unique de « conducteur de train » tel que définit par le « grand métier conduite » porté par le CE et respectant l’arrêté d’aptitude et la législation européenne.

Celui-ci permet une juste rémunération des compétences des conducteurs Equipement, une amélioration de leur statut social et une réglementation du travail commune à tous les conducteurs, basée sur la sécurité des circulations.

Le grand métier conduite supprime tout notion de dumping social au sein même de l’entreprise. Pour cela, les agents «CREQ» doivent être positionnés sur une grille qui ne reconnait qu’un seul métier conduite.

L’intégration dans le Grand Métier Conduite permet la conduite d’engins plus puissants et plus rapides, pour répondre aux réels besoins des chantiers et aux questions relatives à l’acheminement sur les chantiers.

Suite à plusieurs démarches et avec une forte action récente du syndicat majoritaire concernant l’évolution du métier CREQ, certaines avancées ont été acquises notamment sur les questions de l’emploi, mais restent insuffisantes pour répondre aux besoins d’organisation du travail et de production.

Reportage photos

Bientôt vos photos ici !

Votre comité d'établissement Maintenance et Travaux, organise un grand concours photos libre et gratuit jusqu'en juin 2018.
Il s'agit de mettre en avant les gestes de nos métiers à travers le travail de l'Homme et sa valorisation.

Voir les modalités et le règlement.

Pour le CE M&T, l’intérêt des travailleurs passe par :
  • Le positionnement des agents CREQ sur la qualification Q2 du Grand Métier Conduite.
  • Dans la période transitoire, le passage à C avec un délai de passage de B sur C de trois ans maximum.
  • L’intégration dans le Grand Métier Conduite permet la conduite d’engins plus puissants et plus rapides, pour répondre aux réels besoins des chantiers et aux questions relatives à l’acheminement sur les chantiers.
  • Arrêt du recours à la conduite autonome sur les chantiers.
  • Le recrutement de formateurs dans nos écoles et la ré-internalisation des formations CREQ.
  • Les reconnaissances de ligne doivent rester physique et être un transfert de compétences d’un salarié à un autre. Tout outil de dématérialisation doit être considéré comme un complément, une assistance mais en aucun cas un équivalent à des trajets physiques.
  • Pour toute situation exceptionnelle qui ne peut être programmable, de percevoir l’indemnité journalière de défaut de commande comme repris à l’article 42 bis du RH0131.
  • Un parc d’engins correspondant à la charge de travail de l’Equipement.
  • Des engins modernes, adaptés et conformes.